Les fontaines du Parc Thermal

La fontaine d’Elisabeth

La fontaine d’Elisabeth

La «source» du succès : la qualité remarquable de la fontaine d’Elisabeth a beaucoup contribué à l’ascension de la ville et à son statue de station thermale mondialement connue. Elle reste de nos jours la plus importante source médicale de Bad Homburg. Dans le temps elle a été utilisée comme source de saunage puis colmatée. Elle a été redécouverte le 27 juin 1834. La notation du célèbre chimiste Justus von Liebig : «il sera difficile de trouver en Allemagne une eau minérale, avec une telle richesse en composants actifs, égale à celle de la fontaine d’Elisabeth à Bad Homburg». La «fontaine d’Elisabeth», du nom de l’épouse anglaise et royale du comte Friedrich VI Joseph, aide à soigner les affections de l’estomac et des intestins.

Cette fontaine a toujours été un centre de vie mondaine pour la bonne société. Le bâtiment actuel qui héberge la source, a été dessiné par l’empereur Wilhelm II en personne – au milieu de la première guerre mondiale. A l’intérieur est exposée une statue de Hygie, la déesse grecque de la santé.

Carte

La fontaine d’Auguste-Viktoria

La fontaine d’Auguste-Viktoria

Une fois de plus l’Empereur Wilhelm II a pris sa plume et dessiné ses idées pour l’embellissement de Homburg. Au printemps1910 il a esquissé en personne le monument de la source qui porte le nom de son épouse Auguste Victoria. Heinrich Jacobi, architecte et fils du grand bâtisseur de Bad Homburg Louis Jacobi a exécuté la construction en une année. L’eau de la fontaine Auguste-Victoria est prescrite pour les maladies gastro-intestinales.

Carte

La fontaine du Comte

La fontaine du Comte

C’est la source la plus «salée» de Bad Homburg et une des plus jeunes. Elle a été découverte en 1899 et a servi au début pour des bains médicaux. A partir de 1903 on boit son eau en traitement des affections du foie et de la vésicule biliaire. Le monument de style «Art nouveau» a été construit en 1908. Il avait comme ornement une nymphe nue devant un rocher d’où coulait une fontaine. Après la deuxième guerre mondiale, cette nymphe à été considérée trop voyante et remplacée en 1955 par un buste en bronze du comte Friedrich II, d’où le nom de la fontaine.

Carte

La fontaine de Louise

Dans le temps on l’appelait «source de souffre» et ce terme est encore employé aujourd’hui par la population. Le nom dit tout. L’eau n’a pas bon goût et une odeur plutôt désagréable. Néanmoins elle a été appréciée à partir de 1856/57 pour les traitements liés au cœur et aux troubles circulatoires. Avec le temps elle a été considérée imbuvable pour le gout européen. Aujourd’hui seuls quelques rares irréductibles continuent à la consommer. On a baptisé cette source du nom mélodieux de Louise, l’épouse du comte Gustav.

Carte

La fontaine d’acier

La fontaine d’acier

Nomen est omen – la fontaine de fer est riche en fer carbonique. Si riche que célèbre chimiste de Giessen, Justus Liebig s’est exclamé enthousiaste en 1841 : «je m’empresse de vous informer des résultats. Le contenu en fer est beaucoup plus élevé que je ne l’espérais, à savoir la livre (de 16 onces) contient 0,758 grammes  …je considère que ceci est un événement très heureux pour Homburg». La source a été réaménagée au milieu des années 60. Elle des vertus tonifiantes et elle est prescrite pour le traitement de l’anémie.

Carte

La fontaine de l’Empereur

La fontaine de l’Empereur

La source était déjà connue à l’époque romaine, on a retrouvé sur place des coupes et les vestiges d’un bain romain, et elle a servi pour du saunage dans un «Gradierwerk» (tour de décantation en bois et terre) autour de 1700. Au milieu du XIXe siècle ses vertus curatives ont été redécouvertes, on l’appelait alors «Der Sprudel» en raison de son jaillissement puissant. On peut l’observer de nos jours sous une coupole de verre. La fontaine de l’empereur a du être forée à plusieurs reprises pour aller des 56 m d’origine jusqu’à la profondeur actuelle de 191 m. Les eaux acidulées avec sodium-chlorure sont recommandées en bains et diètes hydriques.

Carte

La fontaine de Ludwig

Cette source curative, située dans un lieu discret au fin fond du Parc thermal, est d’une importance particulière pour les cures à Bad Homburg. Elle a été la première à être redécouverte. Deux jeunes garçons l’ont trouvé en 1809 en se baignant dans le ruisseau. En commençant l’exploitation on a retrouvé des vestiges romains. Un projet de faire de la promotion en expédiant des cruches d’eau de la fontaine a été à l’étude. L’eau avec son faible contenu en minéraux et forte quantités d’acide carbonique fut et est toujours une eau minérale de bon goût. Le point de captage de la fontaine de Ludwig a été à plusieurs reprises modifié. La grille en fonte date de l’année 1835, les restes d’une grotte pittoresque construite en 1871 sont encore visibles.

L’eau pétillante de saumure

C’est comme prendre un bain de Champagne – le bouillonnement de saumure assure une sensation de fraîcheur pétillante, mais aussi d’excellents résultats pour les soins des maladies de peau comme le psoriasis et l'eczéma. La teneur en fer et en dioxyde de carbone rendent l’eau impropre à la consommation. L’aménagement autour de la source est simple et sans pavillon d’accueil remarquable. Le premier forage de la source a eu lieu autour de 1850 et oublié par la suite. Ce n’est qu’après la construction de l’établissement Kaiser-Wilhelms-Bad qu’il est décidé de l’exploiter pour des bains curatifs. En 1899 le professeur Steiner de Prague à qui l’on a demandé conseil, découvre l’ancien forage utilisable jusqu’à 260 mètres de profondeur. Un nouveau forage, effectué au début des années 1960, permet d’aller chercher la source pétillante à 305 mètres.