La chapelle russe orthodoxe

Le flux des curistes russes augmente à partir de la fin du XIXe siècle. La noblesse, l'aristocratie et les membres de la famille du Tsar viennent à Homburg pour guérir de leurs souffrances, pour se détendre et faire la fête. Une seule chose leur manque : une église orthodoxe.

Le conseiller russe Alexander Proworoff, surnommé «Rosenkavalier» (l’homme au bouquet de roses qu’il destinait aux dames rencontrées sur son chemin), en fait son affaire personnelle.

Proworoff convainquit le maire de Homburg de mettre à disposition un terrain, situé aux abords du Parc Thermal pour y construire la chapelle russe orthodoxe. Il se chargea également du financement, en récoltant des fonds à Saint-Pétersbourg, et aussi de la construction, en faisant appel aux services de l'architecte du Tsar, Louis Benois, qui est à l’origine des plans de l'église russe de Darmstadt. En octobre 1896, lors de la cérémonie grandiose de la pose de la première pierre, sont présents, non seulement Louis Benois, mais aussi le couple impérial de Russie venant de Darmstadt et l'impératrice Victoria, veuve de l'Empereur Friedrich III d'Allemagne venant de Kronberg. C’est debout sous un dais que l’Empereur Nicolas II de Russie pose personnellement la première pierre.

Trois ans plus tard, l'église de «Tous les Saints» est consacrée. Elle sera par la suite fermée en 1914 pour rouvrir en 1945 afin d’être à nouveau un centre religieux pour les croyants orthodoxes russes de Bad Homburg et des alentours.